Navigation aérienne

La mondialisation de l’économie s’appuie de plus en plus sur le transport aérien. Le réseau aérien est soutenu par un ensemble d’aéroports. Un aéroport est généralement muni d’un aérodrome et d’au moins un terminal:

L’aérodrome est le site physique de l’aéroport et comprend les pistes et les stationnements. Les pistes doivent être d’une longueur suffisante pour permettre l’accès aux avions commerciaux; un 747 nécessite environ 3 300 mètres. D’autres caractéristiques telles la pente (moins de 1%), l’altitude (influence la longueur des pistes par la densité de l’air) ainsi que les conditions météorologiques (température, précipitation, visibilité, etc.) ont également une part d’influence sur le site. Enfin, il est à noter au passage qu’une piste affectée au trafic commercial peut supporter 32 mouvements (atterrissages et décollages) par heure.

Le terminal est composé d’infrastructures de traitement de fret et d’accueil de passagers ainsi que d’infrastructures d’abordage. Les traits économiques de la région renfermant l’aéroport sont importants. Le niveau de développement des secteurs tertiaire et quaternaire est directement lié au trafic d’un aéroport tout comme le secteur des hautes technologies qui utilise le transport aérien comme moyen d’acheminement de produits à haute valeur et à faible masse (composantes électroniques).

La configuration d’un aéroport doit favoriser une fluidité des mouvements issus des terminaux vers l’aérodrome (et inversement). En effet, l’efficacité du mouvement se veut primordiale, notamment lorsque l’aéroport incarne le rôle de hub international ou régional. Cependant, la planification de nouveaux terminaux aéroportuaires implique des lieux loin des villes centrales, puisqu’ils sont d’importants consommateurs d’espace. Centrale.

imagesaero

Cartographie de nos aéroports